Une poupée pour un petit garçon : est-ce normal ?

0
291

Il paraît naturel de voir une fillette s’amuser avec une poupée, et cela est même vivement encouragé. Cependant, certaines personnes ont tendance à percevoir mal le fait de laisser un garçon se divertir avec une poupée. Alors, devriez-vous vous inquiéter quand votre petit bonhomme joue avec une poupée ? Ou bien, devriez-vous vous abstenir de lui en offrir ?

La poupée : essentielle pour les enfants dès un an

Jouet classique, la poupée reste importante dans le processus du développement sensoriel, affectif et social de l’enfant. De façon certaine, elle apporte un plus aux tout-petits. Vous vous demandez du coup le rôle que tient la poupée dans la vie d’un enfant.

La poupée joue un rôle primordial dans le développement de l’enfant

Elle paraît un réel support pédagogique qui aide un enfant à transcrire ses émotions. Cela lui permet également de rendre riche son langage et d’affirmer sa personnalité. Outre cela, c’est grâce à une poupée que votre enfant arrive à prendre du recul par rapport à des situations. En effet, c’est en jouant à la poupée par exemple qu’un enfant pourra se mettre dans la peau du parent qui console ou gronde son enfant. En s’amusant avec sa peluche, il apprend à décider. C’est ainsi qu’il préférera peut-être donner de la soupe ou des frites à son bébé. En effet, dans sa tête, il pourra jouer à papa et maman. Nous tenons à vous préciser que cette étape d’imitation est très importante pour l’enfant. C’est ainsi qu’il pourra se mettre à la place des autres et exprimer ses propres idées. De plus, c’est aussi à travers cela que l’enfant arrive à construire sa confiance en lui-même. Il rejouera aisément des situations qu’il a vécues et pourra alors extérioriser ses émotions. Cela plait énormément aux enfants d’avoir le pouvoir. Et c’est justement la sensation qu’il a en jouant avec sa poupée.

Par ailleurs, à part le simple jeu que vous y voyez, les poupées permettent aux enfants de découvrir un monde autre que celui qu’ils connaissaient. C’est ainsi qu’elles développent également leur fine motricité. Voici quelques caractères que le jeu à la poupée pourrait causer chez un enfant :
  • La motricité ;
  • Le langage ;
  • La socialisation ;
  • L’imitation ;
  • L’empathie ;
  • La pensée symbolique ;
  • Etc.

L’intérêt des poupées pour les petits garçons

Il n’y a pas que les filles qui aiment laver, nourrir, promener et bercer une poupée. Les garçonnets l’apprécient aussi. Pour les experts du développement de l’enfant, cette expérience devrait s’offrir à tous les enfants sans distinction de sexe et sans pression. Cela leur permet d’avoir un comportement stéréotypé en relation avec leur sexe. On pourrait se poser la question de savoir si les poupées revêtent les mêmes avantages pour la fille que chez le garçon. Oui, tout à fait cela ! Demandez-vous plutôt s’il faut un enfant de sexe particulier pour se mettre à la place des grands. Vous vous dites probablement non. Cela va de soi, car vous êtes tous appelés à veiller sur des gens même si vous ne le faites pas encore (d’une manière ou d’une autre).

Les accessoires pour poupée : très utiles pour le jeu symbolique

Tout ce qui va avec les poupées reste très important. Ainsi, la poussette, le porte-bébé, les vêtements, la table à manger, etc. favorisent l’enrichissement du jeu de l’enfant. En effet, cela lui permet d’imiter au mieux les figures parentales. Cependant, quand pouvez-vous introduire un accessoire ou un autre ? Il est recommandé de proposer par exemple le couffin afin que le tout petit puisse mettre la poupée, la sortir et la balader. Pour ceux qui se révèlent un peu plus grands, il faudra des objets qui impliquent des rôles et des évènements. En effet, il faut simplement veiller à ce que les accessoires soient en adaptation avec le niveau de l’enfant.

N’interdisez pas à un garçon de jouer à la poupée

Les spécialistes de l’enfance restent quasi unanimes sur le fait qu’il ne faut pas proscrire le jeu à la poupée à un garçon. Du reste, vous prendriez ainsi le risque de déboucher sur le résultat inverse. En effet, lorsque vous interdisez une chose de façon trop autoritaire à un enfant, cela pourrait susciter sa curiosité. Quand votre bambin s’amuse avec une poupée, vérifiez simplement que l’identification reste bien masculine. Aussi, pourrez-vous veiller à ce que la fascination qui pourrait naitre pour les valeurs féminines soit freinée. L’autre comportement utile serait que la figure paternelle donne une image positive de l’homme. Sans équivoque, nous affirmons donc qu’il n’est pas à décourager, le jeu à la poupée chez les garçons. Alors, en ce qui concerne l’inquiétude qui plane sur le sujet, autant vous dire qu’il se révèle sain d’autoriser un petit bonhomme à se distraire avec une poupée ou une peluche. Ne vous laissez pas influencer par l’estampille qui a été attribuée aux poupées. N’hésitez pas à offrir les plus belles poupées pour filles et garçons, à votre enfant s’il le désire.

Bien choisir son premier poupon

Afin que votre enfant puisse jouir pleinement de ses poupons, veillez à lui offrir un modèle qui entre en adéquation avec son âge. En effet, vous l’ignoriez peut-être, mais cela peut se révéler très frustrant pour un petit d’avoir une poupée qu’il ne peut aisément manipuler. N’oubliez pas qu’il veut pouvoir vêtir, déshabiller, etc., et mener à sa guise son jouet. Alors, pour savoir quel poupon offrir à votre enfant, vous devez connaitre son stade de développement.

À partir de neuf mois : le poupon paraît un objet de transition

Dès neuf mois, les poupons sont accessibles et remplissent exceptionnellement le rôle d’objet de transition. Ils deviennent donc le cadeau parfait pour le premier anniversaire ou à l’occasion de la fête de Noël. En effet, ils sont de petite taille et font généralement 30 cm. Ils paraissent souples, légers et doux. Ils demeurent alors adaptés aux bouts de choux, car ils se révèlent à la portée de leurs mains. Cette taille leur permet facilement de tenir et de manipuler leur jouet. La senteur de vanille que dégagent les poupons fait aussi du bien à vos petits trésors.

Dès 18 mois : le poupon pour susciter l’imitation

Le poupon devient un stimulus pour le développement du bébé dès 18 mois. C’est à ce stade que les séquences de jeu commencent réellement. Même s’ils s’avèrent courts, ils permettent à l’enfant de reproduire certains actes de ses parents. Certes, ses gestes restent maladroits et non justes, mais cela se révèle très important pour lui.

Deux ans et plus : un poupon pour simuler le rôle du père et de la mère

Après l’âge de deux ans, les enfants accentuent leur volonté de jouer au rôle du papa et de la maman. C’est à ce stade qu’ils se donnent le pouvoir réservé aux grandes personnes. La poupée peut donc leur paraître comme un petit frère sur lequel ils doivent veiller. Le gamin désire alors :
  • lui procurer le bain ou le biberon ;
  • lui changer ses couches, l’habiller ;
  • l’installer dans la poussette ;
  • Etc.

Ce sont bien des rôles que l’enfant assumera avec un air sérieux. En effet, il se met entièrement dans la peau des parents. Par ailleurs, les grands poupons de dimensions 36 cm, voire 52 cm qui viennent avec des accessoires réalistes aident l’enfant à restituer les comportements qui le font murir.

La poupée mannequin : aussi utile pour les enfants, mais après l’âge de 4 ans

Ce type de poupée nécessite plus d’adresse de la main et d’agilité pour être habillé. Alors, il faut un certain âge pour s’en occuper. Généralement, tous les enfants de 4 ans ne l’ont pas encore, mais elle revêt une grande importance pour eux. En effet, avec celle-ci, l’enfant peut jouer plusieurs rôles à la fois. Il a également la chance de faire vivre à sa poupée un personnage à part entière. Les scénarios deviennent plus riches. De façon directe, le vocabulaire l’est aussi. En gros, nous pouvons dire que la créativité paraît plus importante avec une poupée mannequin.

Le rôle du père dans la façon dont le petit garçon construit son identité

Si certaines personnes s’inquiètent sur le fait que le petit garçon joue avec une poupée, c’est probablement parce qu’ils craignent que ce garçon ait un problème d’identification. Alors, dans ce cas, la question du père se pose, car c’est lui qui représente le support d’identification du petit garçon. La simple présence du papa reste importante.

Par exemple, selon le complexe d’Œdipe, certains garçons tenteront de charmer leur maman en adoptant des attitudes de gentleman comme le fait leur père. Il est indispensable que le père soit aimé de la mère, mais également que l’enfant arrive à cerner que son papa n’est pas le centre de la vie de sa maman. C’est ainsi qu’il réussira à trouver le juste milieu au lieu de vouloir s’identifier au couple parental.

Si un petit a du mal à s’affirmer en tant que le garçon qu’il est, cela pourrait être parce que dans sa famille, les hommes ont témoigné des comportements néfastes. Le bout de choux aura donc tendance à s’éloigner des images négatives et voudra s’identifier au monde des filles.

Alors, si vous devez vous inquiéter, cela ne devrait pas concerner l’orientation sexuelle future de votre enfant. Demandez-vous plutôt si votre garçon se sent bien dans sa peau et s’il ne développe pas un manque de confiance en lui ou un trouble d’attachements. Puisque ce sont des raisons qui le pousseraient à chercher d’autres résolutions pour affirmer son identité. Ne vous affolez donc pas si votre petit garçon a envie de jouer avec des poupées. Il n’est forcément pas encore question d’une blessure narcissique. En effet, le problème de l’homosexualité ne se poserait pas réellement avant l’adolescence.

Par ailleurs, évitez de mettre à la disposition de vos enfants des babioles d’imitation qui créent la distinction. Veuillez leur laisser le loisir de jouer à la poupée ou même à la dînette s’ils le souhaitent. Ils ont besoin de reproduire les comportements parentaux, alors donnez-leur des objets de toutes sortes. C’est ainsi qu’ils pourront s’intégrer à la société. Privilégiez donc les jeux collaboratifs. Si vous pouvez trouver charismatique qu’une fillette se délecte avec des gadgets tels qu’une voiture, un pistolet, etc., pourquoi ne pas estimer galant qu’un petit bonhomme s’amuse avec une poupée ?

Que retenir ? Il n’est pas anormal de voir ou de laisser un garçon se divertir avec une poupée. Il se construit peut-être à travers l’image de son père. L’inquiétude qui règne autour de ce sujet reste d’ordre moral et non médical avant l’adolescence. Si dans la maison vous ne disposez pas d’assez de place pour la poupée ou la dînette, il faut penser à bien ranger les jouets dans la chambre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here