Protéger sa tête durant ses voyages/randonnées : comment et pourquoi ?

0
327

Partir en voyage durant les vacances, c’est une activité qui se prépare. Il est souvent difficile de s’entendre sur une destination, que ce soit avec des amis, en famille ou seul. Nombreux sont ceux qui optent pour les voyages en véhicule pour rejoindre des contrées lointaines pendant que d’autres choisissent les randonnées. Pourtant, partir en randonnées nécessite la prise de précautions. Une randonnée est risquée lorsqu’on ne prend pas les bonnes dispositions, surtout pour ce qui est de la protection de la tête. Il convient de savoir ce que l’on se doit de faire et bien le faire.

Randonnées

Une randonnée est un voyage à pied avec le minimum pour des contrées éloignées. Le but est de réussir à faire du sport tout en découvrant des univers différents. C’est un moyen simple de décontracter pour faire récupérer au corps l’énergie perdue à travailler durant toute l’année. C’est à ce titre qu’il convient de souligner que la randonnée se fait avec la maitrise de quelques gestes de survie et quelques bases en soins. Il est possible que des situations fâcheuses surviennent. Mais, bien avant de partir, l’équipement est de mise. Il est variable selon la tenue que l’on met sur soi pour un voyage en été ou un voyage en hiver.

En hiver

Une randonnée en hiver nécessite que l’on se couvre le corps le plus chaleureusement possible. C’est une question de vie ou de mort. Surtout dans les zones de la planète où il neige suffisamment, il est conseillé de prendre en compte les différentes parties sensibles comme les orteils, le cerveau (la tête), les doigts. C’est un point essentiel pour ne pas subir des dommages corporels et y rester. Dans certaines conditions, les évènements échappent au contrôle. C’est souvent au plus prévoyant que la chance sourit. Dans tous les cas de figure, l’hiver est une saison comme toute autre. Il y est permis de partir en randonnée, seulement faut-il être fin prêt pour le voyage que l’on entreprend.

En été

Les randonneurs les plus habitués savent à quoi s’en tenir durant un voyage en été. Le premier élément à retenir est qu’il faut s’hydrater. Un voyage en été est un voyage sous la chaleur des rayons solaires. Parfois, il est possible d’assister à des disputes, tellement les nerfs sont à fleur de peau. On ne se retient plus et on a l’impression d’être dans une fournaise. Si vous partez pour plusieurs jours, mettez-vous dans la posture d’un aventurier qui doit s’appliquer à survivre. Pour vous, l’hydratation demeure une porte de sortie simple. L’eau est le seul liquide conseillé pour cela.

Comment se protéger en randonnées ?

Lorsqu’on a envie de faire une activité d’aventure jumelée avec du sport et du divertissement, la randonnée est l’option la plus appropriée. Elle détend les nerfs et formate les muscles du corps autrement. Le flux et le reflux libèrent le cerveau et l’oxygène au plus haut point. Il ne s’agit pas de faire de la randonnée de professionnel, forcément. À partir du moment où l’idée naît, les dispositions sont à prendre pour s’équiper, mieux se protéger.

La protection concerne d’abord les membres puis les autres parties du corps, dont la tête. Cette protection est efficiente lorsqu’elle part d’un équipement digne d’une randonnée.

Pour les pieds

Les chaussures sont des outils dont tout randonneur a besoin. Elles le mettent en contact avec le sol. C’est grâce à une bonne paire de chaussures que la marche est possible. Il n’y a aucune raison de trembler devant un petit cours d’eau. Vous passez à travers comme si c’était un simple petit obstacle. Pour vous équiper, il est préférable de se doter des meilleures chaussures sur le marché. Il faut que ce soit des baskets, des tennis ou toute autre paire de chaussures pouvant supporter le voyage. Pour les montées et les descentes, les semelles doivent être collantes.

Pour le reste du corps

La protection des jambes se résume à un pantalon si vous n’aimez pas les herbes fines et les insectes. En pleine nature, ces éléments se collent à la peau. Pour éviter les cas d’allergie, il convient de se mettre en pantalon. La meilleure façon de profiter du moment demeure en tout état de cause le short.

En hiver, il vaut mieux se couvrir entièrement. Au cas où ce serait pour une randonnée de plusieurs jours, le sac de couchage et la tente (si possible) doivent avoir des caractéristiques spécifiques. Ce n’est qu’à cette condition que vous pouvez espérer passer une nuit paisible. Dans le pire des cas, vous mourrez de froid. C’est un risque à ne pas prendre.

Pourquoi se protéger la tête ?

La tête est une partie très fragile et sensible du corps humain. Toutes les affections qui y établissent leurs loges ont du coup une force, une domination sur l’organisme entier. C’est le cerveau qui commande les différents mouvements. Pour s’aérer, il a besoin de toutes les substances indispensables à son fonctionnement qui lui sont envoyées grâce au cœur, aux poumons et à la colonne vertébrale.

Les médecins s’entendent pour affirmer que la tête est le site de contrôle de tout le corps. C’est en quelque sorte la partie vers laquelle sont convoyées toutes les données du corps. Il n’y a pas de risques à prendre. D’ailleurs, pour les opérations à la tête, les chirurgiens prennent des précautions minutieuses pour ne pas atteindre tout le reste du corps. Il y a possibilité de paralysie lorsque le mauvais geste survient, que ce soit par actes humains ou par accident naturel.

Comment se protéger la tête ?

La protection de la tête se fait de diverses manières selon le climat dans lequel l’on évolue. Il est des climats dans lesquels le sable est l’élément principal du décor, d’autres dans lesquels le bruit effraie, certains qui ne regorgent que de reptiles dangereux. Les rayons du soleil en rajoutent souvent à la peine du randonneur.

Le meilleur moyen de réussir à se protéger la tête est d’employer un chapeau.

Dans n’importe quelle contrée du monde pour n’importe quel travail, on se protège la tête avec un chapeau. Il peut s’agir d’une casquette, d’un turban, d’un bonnet, d’un bandeau éponge, d’un foulard, d’un casque ou d’une cagoule.

La casquette : Il en existe de plusieurs formes et de plusieurs couleurs. Les casquettes les plus en vogue sont celles de baseball. Ce sont les types de casquettes que l’on voit sur la tête des promeneurs dans les grandes villes. Bien orientées, ces casquettes comme la casquette militaire de Camoufletoi protègent efficacement contre les coups de soleil.

La couleur conseillée demeure le noir. En apparence, il est esthétique de mettre une belle couleur pour la randonnée. Cela redonne un peu plus de beauté aux différentes images que l’on ramène chez soi comme souvenir. Néanmoins, il convient de garder en tête que la sueur va s’inviter au rendez-vous. Il vaut mieux prendre une couleur sombre bien épaisse pour que la sueur et la poussière ne laissent pas aisément leur trace.

La casquette Sahara cache nuque est une bonne combinaison pour les randonnées dans le désert. Les amateurs de sport extrême ont tendance à essayer l’expérience. Cet outil peut devenir leur compagnon éternel. Il est de bon ton de préciser que le sable a tendance à déranger aussi bien les cheveux que les yeux des personnes se trouvant dans le désert.

Il est bénéfique de protéger l’arrière du crâne parce que c’est à ce niveau que se trouve l’hypothalamus servant de lien entre la colonne vertébrale et le cerveau. Les informations précises transmises à cet endroit sont entre autres la température du corps. Il est préférable dans les zones arides de tout faire pour qu’elle reste basse. Avec une casquette, la visière peut servir dans tous les sens. C’est assez pratique. C’est ce qui en fait un outil non démodable dans la sphère des chapeaux tendance.

Le turban : Il s’agit d’un long et épais morceau de tissu enroulé à la manière des empereurs arabes. C’est un couvre-tête très utile dans des conditions de chaleur. Le bénéfice est qu’on peut encore en faire usage pour se protéger le visage. Tout peut se détacher et se réajuster selon le besoin. Les turbans déjà confectionnés existent, mais il est préférable pour le randonneur de mettre les turbans modelables. Ils sont beaucoup plus utiles lorsqu’on se trouve dans le désert ou dans un environnement avec une certaine dose de poussière ou de fumée. Les feux de brousse ne préviennent pas. Un porteur de ruban aura au moins de quoi se couvrir les narines et les yeux lorsque cela surviendrait.

Le bonnet : Le bonnet est un instrument de protection assurée en temps de fraicheur. C’est un chapeau simple avec un charme issu de son passé de docker. Il est vrai qu’on en met durant sa tendre enfance contre son gré, ce qui fait que ce n’est souvent pas un chapeau que l’on affectionne. Mais, à l’âge adulte, il fait partie du style de la nouvelle génération. On peut même enfiler une casquette par-dessus ; cela ne dérange pas le chic de votre accoutrement.

En conformité avec la couleur des vêtements que vous avez sur vous et de votre sac, le bonnet rend un service esthétique, utile et agréable à la fois. Il ne faut pas penser que c’est ringard. D’ailleurs, à y voir plus près, plusieurs acteurs de cinéma de grande renommée en mettent même en été.

Le bandeau éponge : Le bandeau éponge est une couverture pour la tête. On ceint la tête avec. Il s’agit de ne pas permettre à la sueur ou à l’eau versée sur la tête d’atteindre le visage. Avec sa texture fine et absorbante, le bandeau éponge est pratique en complément à un autre chapeau, comme le bob (chapeau à larges bordures). Avec cette belle combinaison, vous êtes à l’abri des rayons du soleil et des irritations dues à la sueur.

Un casque : Le casque dans ce cas est à employer dans les forêts dans lesquelles il y a fréquence de déforestation. Les bucherons n’ont pas tendance à prévenir les randonneurs des travaux entamés. C’est souvent en pleine forêt où l’on croit pouvoir trouver le calme de la nature qu’on se retrouve en plein chantier. Le casque, il est vrai, parait exagéré, mais au cours de certaines randonnées extrêmes, c’est le seul outil à même d’offrir un semblant de sécurité au randonneur.

Il n’est pas question de mettre un casque de chantier. Certains professionnels du domaine vous conseilleraient de simples casques pour vélo. Il vous revient d’en choisir la forme selon votre goût. Le raffinement donnera plus de singularité à votre équipement.

Une cagoule, le chapeau à toute épreuve : C’est un outil qui vous servirait volontiers. N’oubliez surtout pas de laisser de l’espace pour vos yeux. Prenez soin de la mettre dans le bon sens. Cela n’est pas du goût de tous.

Risques en cas de mauvaise protection de la tête

En vous protégeant la tête, vous évitez un certain nombre de déconvenues. Lorsque votre tête est à l’air libre, vous risquez de tomber malade. Si le scénario doit empirer, il se peut que vous trépassiez. Ce n’est pas à prendre à la légère.

Risques d’insolation

L’insolation est à distinguer du coup de chaleur qui est une phase minimale des effets du soleil. L’insolation intervient déjà lorsque le crâne précisément, le corps en général, est exposé au soleil pour une longue durée. On sent du coup une grande fatigue. On s’évanouit sur le coup sans possibilité de réveil, sauf en cas de secours. L’insolation est liée au vide créé dans le corps par l’absorption du liquide corporel.

Risques de déshydratation

La déshydratation est le pire ennemi du randonneur. L’eau est source de vie. Cela suppose qu’on ne peut se permettre de sortir se balader sous le soleil sans amener avec soi une grosse quantité d’eau. Lorsqu’on est surpris en pleine forêt par la soif, on risque en marchant plus de se déshydrater trop tôt et d’en souffrir atrocement.

Risques de fatigue soudaine

La fatigue est l’un des éléments en commun avec la fourniture d’effort. C’est la résultante du déploiement d’une certaine énergie pour la réalisation d’une activité. En randonnée, ce problème survient lorsque le cerveau surchauffe sous la pression du soleil ou lorsque le corps gèle. Le cerveau perd de son efficacité et le corps sombre dans un état second.

Erreurs à éviter en randonnées

Au nombre des erreurs à éviter lorsqu’on a la prétention de partir en randonnée, on distingue celles qui suivent :

  • le manque de préparation. Lorsque vous ne vous apprêtez pas convenablement avec un bon plan de voyage, vous risquez d’être surpris ;
  • une réserve d’eau très réduite. L’eau est votre alliée principale en pleine nature. Ne comptez pas sur le ciel pour vous offrir des gouttes d’eau au besoin. Vous n’avez pas idée de ce qui pourrait arriver ;
  • le port de vêtement sombre en été. Vos habits sombres absorbent la chaleur. Or, en été, il vous faut du vent et de l’air. Mettez des vêtements qui laissent la chaleur s’évaporer plus facilement et l’air circuler librement ;
  • le mauvais chapeau à la mauvaise saison. Les chapeaux sont à choisir selon la saison. Le bonnet est chaud. Si vous le mettez en été au lieu de choisir une casquette, vous risquez d’avoir une surdose de chaleur.

En tout temps et en tout lieu, les bonnes précautions ont permis de prendre soin de soi. Il est bienséant d’appliquer les conseils et les astuces à sa portée pour éviter le pire. Une randonnée, c’est d’abord pour le plaisir ; mieux vaut le prolonger par les bons gestes, surtout au niveau de la protection de la tête.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here