Les types de piercing : leur histoire, caractéristiques et avantages

0
211

Depuis des millénaires, l’apparence physique est un facteur important dans les interactions sociales. De nos jours, elle joue un rôle déterminant et semble parfois plus importante que l’individu lui-même. En effet, les messages subliminaux dans les publicités sont souvent des sources de problèmes psychologiques. Obsédés par l’idée de soigner leur physique, bon nombre de personnes développent alors un complexe d’infériorité. Le corps devient alors l’instrument qui doit permettre de s’affirmer. Il faut donc l’embellir. Si certains ont recours à la médecine esthétique pour se débarrasser de leurs complexes, d’autres par contre utilisent d’autres techniques telles que le piercing.

Le Piercing : origine et explication

Le mot piercing est issu de l’anglais « to pierce », qui signifie « percer ». Le terme exact en anglais est body piercing (perçage du corps). C’est une pratique ancienne, qui consiste à percer une partie du corps pour y mettre un ornement ou un bijou. Son origine remonte en Afrique, au Néolithique (de 9000 ans av. J.-C à 3300 ans av. J.-C.). En Éthiopie, une tribu appelée les Mursi utilisait des labrets en pierre qu’ils inséraient au niveau de la lèvre inférieure ou aux lobes des oreilles. Cependant, selon les archéologues, les modifications corporelles existaient bien avant cette période de l’histoire. On retrouve des traces du piercing :

  • En Égypte antique (vers 3150 av. J.-C.) ;
  • En Grèce antique (vers -900) ;
  • En Amérique (chez les Aztèques et les Maya) ;
  • En Inde ;
  • Dans la Bible.

En Égypte, les hauts dignitaires portaient des boucles d’oreille en or. De plus, les membres de la famille royale se perçaient aussi le nombril. Les civilisations précolombiennes (Aztèques et Maya) se perforaient la langue. C’était une sorte de rituel non permanent pour entrer en contact avec les dieux. Les gens de haut niveau social portaient également des bijoux aux oreilles, au nez et à la lèvre inférieure. En Inde, le piercing de nez était une pratique courante, mais réservée aux castes supérieures. Enfin, dans la Bible (Genèse 24:22), le domestique d’Abraham a donné des boucles d’oreilles et des bracelets à Rebecca, épouse de son fils Isaac. Dans Exode 21:6, le perçage de l’oreille est une marque d’esclavage.

La perforation des oreilles s’est poursuivie durant le XXe siècle. Devenue rare, entre 1920 et 1960, aux États-Unis, elle a connu un regain d’intérêt à partir de 1960 auprès des femmes. C’est dans les années 1970 que la perforation d’autres parties du corps est devenue populaire en Amérique. En occident, le perçage des oreilles s’est répandu chez les hommes dans les années 1980.

Différents types de piercings

Aujourd’hui, le piercing comme plusieurs autres techniques de modification corporelle est un effet de mode. De nombreux bijoux de piercing sont mis en vente. « L’embellissement » du corps est tendance et touche de nos jours toutes les couches sociales. Il existe plusieurs types de piercings. On peut le faire au visage, sur la surface de la peau ou sur les parties génitales.

Le piercing du visage

Presque tous les endroits du visage sont sollicités pour ce type de piercing. Si le perçage des oreilles reste le plus courant, la perforation de la langue, des lèvres, et du nez est aussi assez répandue. Concernant l’oreille, le piercing du lobe, dans la partie inférieure de cet organe, est le plus commun. C’est là que se placent les boucles d’oreilles. Le piercing hélix se situe dans la partie haute et cartilagineuse. Par ailleurs, on peut percer dans le cartilage et certains replis. C’est la raison pour laquelle il existe d’autres types de piercings de l’oreille : industriel, rook, daith, tragus, snug, conch, anti-tragus.

Au niveau de l’œœil, on a :

  • Piercing paupière ;
  • Piercing œil-de-chat ;
  • Piercing arcade.

Le piercing paupière est assez rare. L’œil-de-chat est un type de piercing situé en dessous de l’œil et au-dessus de la pommette. Le piercing arcade se situe au-dessus de l’œil, généralement vers l’extérieur du sourcil.

Le piercing nasal inclut le piercing au septum (cloison médiane séparant les cavités nasales), et le bridge (entre les deux yeux). Le piercing des narines est le plus populaire. On peut y placer des anneaux ou des bijoux.

Le piercing buccal est aussi populaire. On peut le faire au-dessus de la lèvre supérieure (médusa), et en dedans (Jestrum). Au niveau de la lèvre inférieure, le piercing peut être fait en dessous (Labret), ou à l’intérieur (Labret vertical). La langue reste le seul muscle qui peut accueillir un piercing. Le cheeks vient se positionner sur les joues. Quant aux smiley et anti-smiley, ils sont situés au niveau du frein des lèvres.

Le piercing de surface

Il est tendance et parfois discret. Il peut être fait sur n’importe quelle partie du corps. On peut donc se faire un piercing sur :

  • La nuque ;
  • La tempe ;
  • Le cou ;
  • Le visage ;
  • Les poignets ;
  • Les bras ;
  • Les mamelons ;
  • La poitrine ;
  • Le pubis ;
  • La jambe.

Il existe aussi d’autres types, tels que les piercings au bas du dos, sur le torse ou encore dans l’abdomen. Jugé sexy et discret, le piercing au nombril reste populaire.

Les piercings génitaux

Leur origine remonte également à la période antique en Inde. Ce type de piercing appelé « ampallang » servait de rite d’initiation chez les hommes. C’était aussi un moyen de stimuler sa partenaire. On s’en servait aussi pour chasser les mauvais esprits. En effet, le bijou généralement métallique qui traversait le gland du pénis était considéré comme doté de pouvoirs surnaturels. De nos jours, les piercings génitaux masculins se font rares. On distingue cependant les piercings Prince Albert, dydoe, kuno, Lorum, Hafada, public, frenum…

Chez la femme, on utilise un bijou pour percer la chair du sexe. Le piercing génital féminin est populaire du fait de son côté érotique et sensuel. On peut donc le faire sur :

  • Les lèvres (petites et grandes) ;
  • Le clitoris ;
  • Le capuchon du clitoris ;
  • La fourchette.

 

Le piercing microdermal

Apparu il y a quelques années, ce type de piercing est aujourd’hui très tendance. Il consiste à implanter sous la peau (n’importe où sur le corps) un morceau de métal. De ce dernier sort un pas de vis sur lequel l’on pourra visser un bijou, ou un motif. La technique microdermal ne laisse pas de cicatrices lorsqu’on décide de le retirer, contrairement au piercing de surface.

Cicatrisation du piercing

Le temps de cicatrisation dépend du type de piercing et de la profondeur à laquelle la perforation a été faite. Le perçage du corps est généralement douloureux et la peau restera rouge pendant des jours. Pour une cicatrisation complète, il faut compter plusieurs semaines :

  • 6 à 9 mois pour le cartilage de l’oreille ;
  • 6 à 8 semaines pour le lobe de l’oreille ;
  • 10 à 12 semaines pour les joues ;
  • 6 à 12 mois pour les narines ;
  • 8 à 10 semaines pour les lèvres (visage) ;
  • 6 à 8 semaines pour la langue ;
  • 3 à 4 mois pour les mamelons masculins ;
  • 6 à 9 mois pour les mamelons féminins ;
  • 6 à 9 mois pour le nombril.

Pour les autres surfaces de la peau, le temps de cicatrisation est d’environ six à neuf mois. Concernant les parties génitales, la période minimale de cicatrisation est de 4 à 8 semaines pour le clitoris, et 6 à 9 mois pour le gland du pénis.

Conseils à appliquer lors de la cicatrisation

Il est recommandé de se laver soigneusement les mains avant de manipuler le ou les bijoux. Il faut aussi prendre soin de nettoyer la zone avec un antiseptique. L’alcool, la bétadine, et l’eau oxygénée sont interdits. Pendant la cicatrisation, il est déconseillé d’entretenir des rapports sexuels lorsque le perçage a été fait sur les parties génitales ou orales. Aux pierceurs, il est conseillé de stériliser les instruments de travail ou d’en utiliser des neufs. Vous trouverez plus de conseils sur ce site.

Avantages du piercing

Le perçage corporel est un effet de mode qui touche toutes les couches sociales. Il a plusieurs fonctions et peut être à la fois :

  • Un instrument esthétique ;
  • Un moyen de s’affirmer ;
  • Un instrument érotique ;
  • Un signe d’appartenance à un groupe ;
  • Un rituel ;
  • Une tradition.

Le piercing est une forme d’art corporel qui permet de porter des ornements (anneaux, bagues, labrets) ou des bijoux dans la peau et partout sur le corps. C’est une amélioration esthétique du physique. L’apparence étant un facteur très important dans nos sociétés actuelles, certains jugent nécessaire de soigner leur image à travers cette pratique. Bon nombre de personnes développent un complexe d’infériorité. Il faut à tout prix pour eux ressembler à leurs artistes et acteurs préférés, ces canons de beauté au charisme glaçant. Pour certains, le piercing devient donc la solution pour s’affirmer et retrouver de la confiance en soi.

Quand il est associé au sexe, le piercing est aussi un instrument de séduction, un moyen d’érotiser le corps. Chez la femme, le perçage de l’ombilic, de la langue, des mamelons et des organes génitaux est perçu comme étant sexy, et érotique.

Inconvénients du piercing

Quand il n’est pas effectué dans des conditions optimales d’hygiène, le body piercing peut être une pratique dangereuse. Certains le déconseillent en raison des :

  • Risques d’infection ;
  • Réactions allergiques ;
  • Traumatismes.

Des infections bactériennes peuvent survenir quand le perçage n’est pas réalisé par un professionnel. Une infection virale (hépatite B, hépatite C) est également possible. Quant aux infections parasitaires, elles peuvent se produire quand on nage dans un cours d’eau pendant la cicatrisation.

Le corps peut aussi décider de rejeter les métaux des bijoux, en particulier le nickel. C’est une réaction allergique qui peut être évitée avec l’utilisation des ornements en acier oxydable. De plus, la réaction allergique peut être due aux ingrédients des produits utilisés pour nettoyer le nouveau piercing. Enfin, le traumatisme peut être lié à la douleur de la perforation ou à l’accrochage du piercing avec un autre objet.

Le métier de pierceur

Pour réaliser un piercing, il faut transpercer une partie du corps à l’aide de matériaux spécifiques et y poser un bijou. Cette effraction cutanée présente des risques, c’est pourquoi il faut faire appel à un professionnel. Le métier est donc soumis à des normes d’hygiène et de salubrité très strictes.

Formation pour devenir pierceur

Il faut d’abord passer un stage d’Hygiène et de Salubrité au sein d’un organisme accrédité. Après l’obtention de l’attestation, l’intéressé peut passer professionnel en suivant une formation dans un salon de piercing. Il peut aussi suivre la méthode autodidacte.

Matériaux de piercing

La majorité des matériaux sont en acier inoxydable chirurgical. Cette matière est appropriée pour le piercing. On utilise également le titane, le niobium, et le bioplast. Le plexiglas (PMMA), l’acrylique, et le verre sont aussi employés.

Ornements corporels pour le piercing

On les utilise en fonction de la partie du corps qui doit abriter le perçage. On distingue entre autres :

  • Le labret qui est une tige dont les extrémités abritent un disque et une boule ;
  • Le barbell qui est une barre droite présentant des boules vissées aux extrémités ;
  • La banane qui est une barre courbe munie d’une boule interchangeable aux extrémités ;
  • L’anneau ;
  • Le barbell circulaire ;
  • Les tunnels & plugs qui se présentent sous la forme d’un cylindre ;
  • Le stud qui ressemble aux puces d’oreille ;

Que retenir ? Comme le tatouage, le body piercing est un art corporel très tendance aujourd’hui. C’est une pratique qui permet d’améliorer son apparence en arborant des bijoux. Mais, elle présente des risques quand les conditions d’hygiène et de salubrité ne sont pas respectées.

Rate this post

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here