Comment prendre soin de sa mémoire

0
364

La mémoire humaine fait partie des systèmes les mieux organisés au monde. Cependant, ses performances peuvent connaitre une baisse importante sans un entretien adapté. Les jeux, l’alimentation et le sommeil sont entre autres, des moyens d’y arriver. En faisant travailler votre mémoire, vous prévenez aussi la survenue de la maladie d’Alzheimer. Voici quelques-unes des meilleures manières de prendre soin de votre mémoire.  

Une bonne alimentation

Les aliments que vous consommez ont une influence globale sur votre état de santé. C’est pour cela que le site nutriandco.com conseille ce qui suit :

Misez sur les fruits, légumes et épices

Avec les recherches, il a été prouvé que de nombreux aliments peuvent protéger la mémoire. C’est notamment le cas des fruits et légumes, dont les bénéfices ne sont plus à démontrer. Ils regorgent de fibres, de vitamines diverses, mais surtout d’antioxydants. Ces derniers favorisent la neutralisation des composés qui pourraient nuire à la bonne santé du cerveau, et ses éléments. Au-delà de cette action protectrice, les fruits et légumes sont bénéfiques au microbiote.

Plus la richesse de la flore intestinale est importante, et moins vous avez de risques de perdre la mémoire. En effet, plus de 100 millions de neurones de l’intestin sont reliés à ceux du cerveau. Adopter une alimentation riche en végétaux permet de rééquilibrer le microbiote intestinal. Consommer du café et des épices constitue aussi une excellente source de polyphénols.

Comptez sur le combo : eau, oméga 3 et vitamines

Pour que les neurones fonctionnent de manière optimale, il est nécessaire de leur fournir des oméga 3 particuliers. Ce sont notamment les EPA et DHA, en plus des poissons et autres fruits de mer. Ces différents acides gras permettent une meilleure surveillance de l’inflammation relative à l’âge. Ce facteur est d’une grande toxicité pour les neurones. Plus loin, ces éléments sont utiles pour prévenir bon nombre de dépressions. Elles sont à l’origine de toutes sortes de troubles de la mémoire

Il est important de fournir à votre cerveau, les vitamines suivantes :

  • A ;
  • B6 ;
  • B9 ;
  • B12.

Leurs carences peuvent entrainer un fort risque de maladie neurodégénérative. Ces vitamines se trouvent dans les aliments comme le fromage, les œufs, le poisson, etc. C’est pour cette raison qu’il est fortement recommandé de manger équilibré et surtout varié. L’eau ne doit pas se faire rare dans votre alimentation, car une déshydratation peut avoir de fâcheuses conséquences. La mémoire et la concentration risquent d’être profondément perturbées.

Adoptez un bon régime alimentaire

De nombreuses études ont prouvé l’efficacité du régime méditerranéen dans la conservation des performances intellectuelles, malgré l’avancement de l’âge. Cela n’a pourtant rien de surprenant au fond, puisqu’il est majoritairement composé de végétaux. Par ailleurs, il permet de prévenir les nombreux risques cardiovasculaires liés à une mauvaise alimentation. Pour suivre un régime méditerranéen, il faudra essentiellement :

  • Manger des crudités à chaque repas, un potage ou des légumes cuits. Le but est de consommer au moins 5 portions de fruits et légumes par jour ;
  • Remplacer le beurre ou la crème par l’huile d’olive ou de colza, et en consommer quotidiennement. Les graisses bénéfiques à l’organisme proviennent aussi des poissons gras ;
  • Insérer des plats contenant des légumes secs et des céréales dans l’alimentation, pour compenser la consommation de viande et de charcuterie ;
  • Introduire des fruits frais ou à coque dans les repas et collations ;
  • Privilégiez les plats faits maison.

Stimuler les différents sens


Faire un tour ici vous permettra de vous rendre compte à quel point le cerveau est un ensemble complexe. Pour qu’un évènement soit enregistré dans la mémoire, il faut qu’il soit encodé puis imprimé. Dans certains cas, l’intervention d’indices de rappel peut être nécessaire dans le processus. C’est ainsi que la réactivation peut se faire de manière plus sûre. Le stockage se produit dans la seconde phase dite d’ancrage.

Cette première étape constitue celle dédiée au traitement de l’information. La nouveauté de cette dernière nécessite un maximum d’attention, et l’ensemble des fenêtres sensorielles que sont :

  • La vue ;
  • L’ouïe ;
  • Le toucher ;
  • L’odorat ;
  • Le goût.

En étant associées à l’évènement, il est plus facile de s’en souvenir.

Rester curieux pour améliorer les capacités cérébrales

Ouvrir d’autres champs d’intérêt permet de réactualiser les récentes associations stockées dans la mémoire. Pour faire travailler le cerveau, il est plus pratique de miser sur le développement d’un nouveau loisir. A l’opposé, un apprentissage contraignant n’aura pas le même effet bénéfique. Cela se comprend assez aisément, puisque les véritables stimulants de mémoire sont :

  • Le plaisir ;
  • La motivation ;
  • La diversité des nouvelles activités.

De ce fait, essayez alors d’apprendre à jouer d’un instrument de musique ou aux échecs. Faire des puzzles est également une activité digne d’intérêt pour stimuler et entrainer la mémoire. Pensez aussi à la lecture, qui en plus de faire ressentir du plaisir permet de faire fonctionner le cerveau. Votre mémoire doit être testée le plus possible au quotidien. Pour cela, évitez de vous servir de la calculatrice pour les opérations les plus basiques.

Essayez par la même occasion de retenir les numéros de téléphone, et les itinéraires de la ville. Les activités manuelles ne doivent pas être en reste, car ils sont de puissants stimulants. C’est donc le moment de renouer avec le jardinage et le bricolage.

L’entretien du lien social et le maintien du contact

Comme ici, l’isolation sociale peut avoir d’importantes répercussions sur la dégradation de la mémoire. C’est pour cette raison qu’il faut procéder à des stimulations pour l’entretenir. Pensez donc à voir régulièrement et autant que possible des personnes différentes. Lorsque votre vie est intellectuellement et socialement riche, vous avez moins de chances de développer des maladies liées à la mémoire.

Ne pas mener certaines activités pour entretenir la mémoire peut être néfaste. Toutefois, il ne s’agit pas de faire quelque chose en particulier. Veillez simplement à l’enrichir chaque jour, en faisant des rencontres et des activités qui stimulent.

Veiller à la qualité du sommeil et ses rythmes

C’est au cours du sommeil que le cerveau procède à certaines opérations importantes à son bon fonctionnement. Il s’agit principalement de la phase du sommeil paradoxal, pendant laquelle il procède au tri des souvenirs pertinents. Leur stockage se fait alors en mémoire et plus précisément sur l’hippocampe. Cette dernière est l’une des structures cérébrales les plus affectées au cours de la maladie d’Alzheimer.

C’est ce qui favorise la remontée des souvenirs irréguliers, avec cette sensation de revivre une scène. Tous les éléments qui les composent sont réactualisés, comme les couleurs et les odeurs. Vous aurez vraiment l’impression d’y être encore une fois de plus. Le sommeil lorsqu’il est profond renforce aussi le stockage des souvenirs. Pour régulariser les rythmes de sommeil, il est important de manger équilibré.

Éliminer le stress pour mieux mémoriser


Le stress est connu pour être un élément qui peut impacter négativement la mémoire. Au cours de la journée, il altère significativement l’attention. La nuit, le stress provoque plutôt des insomnies et l’incapacité à mémoriser. Pour avoir un contrôle sur le stress, pensez à agir sur :

  • La fréquence de vos rythmes ;
  • La pratique d’une activité sportive récurrente ;
  • L’observance d’activités sociales ;
  • Les rituels quotidiens.

Plus loin, le stress peut avoir des incidences négatives sur le quotidien. Votre esprit ne pourra pas être aussi créatif que d’ordinaire. Vous risquez de développer des troubles de la mémoire sur le long terme.  Faire de la méditation peut aussi vous aider à accroitre votre concentration, de même que la mémoire à court terme. Dans la mesure du possible, faites une croix sur votre consommation d’alcool et de tabac. Comme dans ce cas, ils agissent négativement sur la santé et la mémoire.

Dormez à des heures régulières, et veillez à ce que le sommeil soit réparateur. C’est en effet au cours de la nuit que les neurones sont réorganisés. Faites un bilan sanguin pour savoir si vous avez des carences ou autres maladies silencieuses. Leur présence pourrait effectivement agir sur vos différentes capacités cognitives.

Faire une activité sportive régulière

L’activité physique possède de nombreuses retombées positives sur la santé en général, mais surtout la mémoire. Le cerveau bénéficie ainsi d’un meilleur flux sanguin, ce qui se remarque sur la qualité du sommeil. Plus loin, vous mangerez de manière plus saine et votre métabolisme en sera accéléré. Choisissez donc une activité physique par laquelle vous ressentirez du bienêtre. La santé de votre cerveau en sera positivement affectée.

Il n’est absolument pas nécessaire de vous lancer dans la pratique d’une activité sportive intense ou épuisante. Quelques minutes de marche journalière ou des heures d’entrainement à la salle de sport feront l’affaire. Le plus important est de faire travailler votre corps, mais surtout de brûler des graisses. La pratique du sport après quelques heures d’étude renforce encore plus la mémoire. La dopamine et d’autres neurotransmetteurs sont ainsi libérés, ce qui permet de booster la mémoire. En faisant une simple course à pied, votre cerveau pourra activer la production de nouveaux neurones.

En définitive, le cerveau est certainement l’organe le plus complexe du corps humain. C’est à lui que revient la gestion de la mémoire, dont la dégradation peut altérer la qualité de vie. Voilà pourquoi il faudra user de plusieurs moyens pour empêcher cet état. Manger sain, éviter le stress et faire du sport sont quelques-unes des recommandations.